La satisfaction des trois besoins psychologiques des enfants contribue à leur épanouissement

Les enfants, comme tous les humains, ont trois besoins fondamentaux.
Les enfants, comme tous les humains, ont trois besoins fondamentaux.

Tous les êtres humains ont trois besoins psychologiques fondamentaux. Ainsi, les enfants ont besoin de sentir autonomes, compétents et de ressentir une connexion avec les autres afin de maintenir une bonne santé psychologique et de s’épanouir. Dans cet article, Catherine Cimon-Paquet, doctorante à l’Université du Québec à Montréal, vous aide à mieux comprendre ces trois grands besoins psychologiques et comment la famille peut y répondre.

Quels sont les besoins psychologiques fondamentaux?

Tous les enfants ont des besoins de base. Comme nous les savons tous, il existe des besoins physiologiques comme manger, boire et dormir. Néanmoins, les chercheuses et chercheuses ont également identifié trois besoins psychologiques fondamentaux. Ceux-ci s’inscrivent dans le cadre de la théorie de l’autodétermination. On compare parfois les besoins psychologiques à des nutriments essentiels pour croître et développer une bonne santé mentale.

  1. Le besoin d’autonomie : Se sentir autonome signifie que l’on peut effectuer des actions de par notre propre volonté. Ainsi, un enfant se sent autonome lorsqu’elle a l’impression d’avoir un certain contrôle sur ses actions. Le contraire serait de se sentir contraint par des forces extérieures à nous-même. Ces contraintes peuvent venir d’une autre personne, de récompenses ou de punitions.
  2. Le besoin de compétence : Se sentir efficace et apte à résoudre les défis auxquels il faut faire face.
  3. Le besoin de connexion sociale : Se sentir apprécié et proche des personnes qui sont significatives. Lors de l’enfance, ce besoin peut être caractérisé par l’importance de bénéficier de relations chaleureuses avec nos parents.

Stratégies pour favoriser la satisfaction des trois besoins chez l’enfant

Les parents peuvent jouer un grand rôle dans la satisfaction des trois besoins psychologiques. Plusieurs études portent sur les façons dont les parents peuvent soutenir l’autonomie de leurs enfants. Pour ce faire, il y aurait 3 aspects clés:

  1. Reconnaître la perspective de l’enfant et montrer de l’empathie.
  2. Encourager l’enfant à prendre ses propres décisions et suivre son rythme.
  3. Expliquer à l’enfant les demandes qui lui sont faites ou les limites qui lui sont imposées.

Il y a d’ailleurs deux articles existants sur ÉducoFamille qui portent sur le soutien à l’autonomie durant l’enfance et durant la période de l’adolescence et du début de l’âge adulte.

Afin que l’enfant développe un sentiment de compétence, la structure parentale est la clé. On cherche à mettre de l’avant la structure en nommant des attentes et des limites claires. On peut proposer de l’aide lorsque nécessaire et donner de la rétroaction à l’enfant. Cette structure peut aussi prendre la forme de commentaires constructifs. Ces commentaires permettent à l’enfant de se concentrer sur le processus d’apprentissage plutôt que sur ses performances. Il est donc bénéfique de commenter directement la tâche de façon constructive. Pour ce faire, on peut utiliser des expressions telles que « wow, ton dessin est très réaliste et tu as utilisé beaucoup de couleurs ! ». Les parents peuvent également déceler les talents de leurs enfants et contribuer à leur développement. Ce faisant, les parents contribuent au leur sentiment de compétence de leur enfant.

Finalement, l’enfant peut développer un sentiment de connexion sociale lors d’interactions positives avec d’autres membres de sa famille. On nourrit ce sentiment lorsque l’adulte démontre de l’amour, de l’affection et un désir profond de soutenir l’enfant. Ce dernier aura également un sentiment de confiance envers son parent. Le besoin de connexion est intimement relié à la théorie de l’attachement. En effet, un attachement sécurisant contribue grandement à la satisfaction du besoin de connexion sociale de l’enfant.

Les trois besoins sont interreliés

Dans la vie de tous les jours, on peut satisfaire plusieurs besoins de l’enfant en faisant la même action. En effet, les trois besoins ne sont pas indépendants. En discutant et en jouant avec l’enfant, le parent peut satisfaire les trois besoins en même temps.

Lors d’une conversation, le parent peut soutenir l’autonomie de l’enfant en démontrant de l’empathie. Ce faisant, le parent peut également combler son besoin de connexion sociale puisqu’il démontre à l’enfant qu’il se préoccupe de son bien-être. En jouant, le parent peut amener l’enfant à développer son sentiment de compétence en lui donnant des défis et des attentes claires. De plus, il peut soutenir son autonomie en lui offrant des choix et en l’aidant à réaliser les tâches. Le jeu peut également contribuer à la relation parent-enfant et satisfaire le besoin de connexion sociale de l’enfant et du parent.

Les trois besoins sont aussi présents chez les parents

Cet article se penche surtout sur la satisfaction des trois besoins chez les enfants. Néanmoins, il est important de souligner que les parents aussi ont ces mêmes besoins psychologiques. En tant que parent, il est donc primordial de prendre soin de sa santé mentale en trouvant des moments et des activités pour satisfaire ces trois besoins. Par exemple, on peut prendre du temps pour développer nos relations d’amitiés, romantiques ou coparentales afin de satisfaire notre besoin de connexion sociale.

À propos de l'autrice
À propos de l’autrice

Catherine Cimon-Paquet est candidate au doctorat en psychologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) au sein du laboratoire d’études sur les parcours scolaires et les influences sociales (LEPSIS). Sa thèse vise à examiner comment les comportements parentaux et les caractéristiques individuelles des enfants interagissent et prédisent les divers parcours scolaires que les jeunes empruntent. Elle s’intéresse particulièrement à la douance, à la psychologie positive et au développement humain. Elle est la fondatrice des projets Douance Science, Entropie Lab et Psychologie positive, qui visent à inspirer les gens à utiliser la science pour transformer leur vie et leur société

Laisser un commentaire