Le sommeil: un élément clé du développement des enfants

Les enfants et adolescents qui ne dorment pas assez sont à risque de souffrir de problèmes de santé physique et psychologique.
Les enfants et adolescents qui ne dorment pas assez sont à risque de souffrir de problèmes de santé physique et psychologique.

La plupart d’entre nous savons que le sommeil joue un rôle important dans le développement des enfants. Mais, pourquoi? Cet article décrit comment une bonne nuit de sommeil soutient la santé physique et la santé mentale des enfants et des adolescents.

Une bonne nuit de sommeil

Avez-vous bien dormi la nuit dernière? Une majorité d’adultes répondront certainement « non » à cette question. La recherche montre que le manque de sommeil chez les adultes est associé à plusieurs effets néfastes, dont une baisse d’attention et de mémoire à court terme. Le manque de sommeil a également un impact négatif pour les enfants et les adolescents.

Pour bien dormir, il est nécessaire de dormir suffisamment d’heures par nuit. Les normes canadiennes sur le sommeil recommandent le nombre d’heures que les enfants devraient dormir selon leur âge.

Période développementaleÂgeNombre d’heures recommandées
Bébé0 à 3 mois14 à 17 heures
Bébé4 à 11 mois12 à 16 heures
Petite enfance1 à 2 ans11 à 14 heures (incluant des siestes)
Âge préscolaire3 à 4 ans10 à 13 heures (incluant des siestes)
Enfance5 à 13 ans9 à 11 heures (sans interruption)
Adolescence14 à 17 ans8 à 10 heures (sans interruption)
Recommendations canadiennes pour le nombre d’heures de sommeil des enfants et des adolescents

Pourtant, 25 % des enfants et des adolescents canadiens ne dorment pas suffisamment. Ce pourcentage a par ailleurs augmenté au cours des dernières décennies, notamment à cause des heures que les enfants et les adolescents passent devant un écran.

Cependant, il est important de noter que le fait d’être au lit pendant 10 heures ne signifie pas que les enfants et les adolescents dorment bel et bien 10 heures. Il faut en effet considérer la qualité du sommeil. Au Canada, 33 % des enfants ont de la difficulté à s’endormir ou à rester endormis. De plus, 10 % des enfants ne se sentent pas reposés à leur réveil et 20 % ont de la difficulté à rester éveillés pendant la journée.

Quels sont les impacts du manque de sommeil chez les enfants et les adolescents?

Les impacts physiques du manque de sommeil

Les enfants et adolescents qui dorment moins d’heures ont plus de chance d’avoir un surplus de poids ou de souffrir d’obésité. En effet, quand les enfants dorment davantage, ils ingèrent moins de calories et ont une meilleure régulation interne des hormones donnant le signal de faim. Ces changements au niveau des habitudes alimentaires font en sorte que, au fil du temps, les enfants et les adolescents qui dorment davantage pèsent moins que ceux qui dorment moins d’heures.

Le manque de sommeil peut également avoir des impacts au niveau des blessures ou des douleurs physiques. Par exemple, une étude a trouvé que les enfants qui dormaient moins de 10 heures par nuit à 7 ans avaient plus de chance de souffrir de migraines que ceux qui dormaient plus de 10 heures. Certains suggèrent que le risque de migraine lorsqu’un enfant ne dort pas assez est d’ailleurs exacerbé par le nombre d’heures passées devant un écran.

De plus, les enfants et les adolescents qui ne dorment pas suffisamment d’heures par nuit sont deux fois plus à risques de blessures non intentionnelles. En effet, ils sont moins attentifs et leur temps de réaction est plus lent, ce qui fait en sorte qu’ils sont moins alertes aux risques présents dans leur environnement.

Les impacts psychologiques du manque de sommeil

Plusieurs études démontrent un impact important du sommeil sur le bien-être psychologique des enfants. Par exemple, les enfants et les adolescents qui dorment moins sont plus tendus et anxieux. Ils sont également plus irritables, fâchés, hostiles et confus. Le nombre d’heures de sommeil a donc un impact considérable sur l’humeur des enfants et des adolescents et sur leur capacité à gérer leurs émotions.

Les enfants et les adolescents qui dorment moins d’heures rapportent plus de symptômes dépressifs et de symptômes d’anxiété que ceux qui dorment plus. En effet, 22 % des enfants qui ne dorment pas assez rapportent du stress, comparativement à 10 % des enfants qui dorment suffisamment. Ceux qui manquent de sommeil rapportent également plus d’idées suicidaires.

En considérant ces impacts du manque de sommeil sur le bien-être psychologique, il n’est pas surprenant que les adolescents qui dorment peu d’heures (moins de 6 heures par nuit dans cette étude) rapportent être moins satisfaits de leur vie.

Les impacts académiques du manque de sommeil

Les enfants et adolescents qui dorment moins sont moins éveillés pendant la journée. Ils ont donc plus de difficulté à porter attention en classe et à se concentrer, ce qui fait en sorte qu’ils disposent d’une moins bonne capacité à se rappeler d’information à court terme.

Ce manque d’attention a un impact sur les résultats scolaires des enfants et adolescents. En effet, ceux qui dorment moins de 8 heures par nuit ont de moins bons résultats scolaires, surtout en mathématiques.

Comment pouvons-nous aider les enfants à mieux dormir?

  • Établir des heures de sommeil fixes, autant pour le coucher que pour le réveil
  • Développer une routine du dodo pour préparer l’enfant à tranquillement se coucher (par exemple : bain, brosser les dents, lire une histoire)
  • Interdire les écrans de 30 à 60 minutes avant le coucher
  • Encourager les enfants et les adolescents à ne pas consommer de caféine

Laisser un commentaire