Le cerveau des enfants se synchronise à celui de leurs parents lors de tâches collaboratives

De nouvelles études démontrent que le cerveau des enfants se synchronise avec celui de sa mère et de son père lors de tâches collaboratives.
De nouvelles études démontrent que le cerveau des enfants se synchronise avec celui de leur mère et de leur père lors de tâches collaboratives. Le crédit pour cette photo revient à Thinker Thing (Flikr).

La technologie permet de mieux comprendre le développement des enfants et les facteurs pouvant promouvoir leur bien-être. Entre autres, de nouvelles techniques d’imagerie du cerveau permettent de comprendre pourquoi les relations parents-enfants sont si importantes pour le développement des enfants. Cet article décrit comment le cerveau des enfants se synchronise à celui de ses parents lors de leurs interactions.

Imaginez un parent qui joue avec son enfant dans un laboratoire de recherche. Une caméra capte tous les comportements de la dyade : les paroles, les mouvements, les émotions. En observant l’enregistrement de l’interaction, les chercheurs peuvent évaluer la qualité de celle-ci.

La synchronie entre l’enfant et son parent

Parmi les éléments que les chercheurs évaluent lors de ces interactions, on retrouve la synchronie parent-enfant. La synchronie parent-enfant fait référence à l’ajustement des comportements et des émotions afin qu’ils soient en harmonie avec ceux de l’autre personne. Par exemple, si un père et son enfant rient ensemble et se regardent d’une façon positive et mutuelle, on qualifierait cette interaction de synchronisée.

À l’opposé, si une mère joue gaiement pendant que son enfant s’ennuie ou pleure, on qualifierait cette interaction comme étant non synchronisée. Plusieurs études démontrent que la synchronie entre un parent et son enfant est importante puisqu’elle promeut le développement de compétences sociales et émotionnelles chez l’enfant

La synchronie s’observe même au niveau du cerveau des enfants et de leurs parents

Grâce à de nouvelles technologies, nous sommes maintenant capables d’aller au-delà de la simple observation pour évaluer les interactions parents-enfants.

Par exemple, une équipe de chercheurs menée par Trinh Nguyen de l’Université de Vienne utilise des techniques d’imagerie cérébrale. Cette équipe utilise la « spectroscopie proche infrarouge fonctionnelle » (SPIRf). Cette technique permet de déterminer si l’activation du cerveau de l’enfant correspond à l’activation du cerveau de son parent.

Ces chercheurs ont observé un échantillon de 42 mères et leur enfant d’âge préscolaire. Ils ont également observé un deuxième échantillon de 66 pères et leur enfant du même âge. Les dyades ont été observées dans trois différents contextes d’interaction. Dans le premier, le parent et l’enfant devaient résoudre un problème de façon individuelle. Dans le deuxième, le parent et l’enfant se reposaient. Finalement, dans le troisième, le parent et l’enfant devaient résoudre un problème ensemble.

Les résultats de ces études ont démontré que les cerveaux des parents et de leur enfant se synchronisaient lorsqu’ils tentaient de résoudre un problème ensemble. De plus, la synchronie cérébrale entre les membres de la dyade était plus importante lorsque les chercheurs observaient la synchronie au niveau des comportements.

La synchronie cérébrale prédisait également un meilleur succès à la tâche de résolution de problèmes.

Des pistes intéressantes pour le futur

Les résultats de ces études sont intéressants, mais demeurent préliminaires. Il sera nécessaire de répliquer ces résultats dans d’autres cultures et avec des enfants d’autres âges.

Néanmoins, ces études montrent un aspect important des relations synchronisées entre les enfants et les parents. En effet, de bonnes interactions peuvent changer l’activation du cerveau des enfants.

Ainsi, il est important de chercher à établir des relations synchronisées et mutuelles, notamment en étant un parent sensible, pour promouvoir la formation de connexions neuronales et l’activation cérébrale de nature positive.

Laisser un commentaire