Comment rendre les vaccins moins effrayants, pénibles et douleureux pour les enfants

Se faire vacciner peut être très effrayant pour un enfant. Sans le support d'un parent, la vaccination peut devenir effrayante pour l'enfant.
Se faire vacciner peut être très effrayant pour un enfant. Sans le support d’un parent ou d’un donneur de soins, cette expérience de vaccination peut devenir traumatisante pour l’enfant.

Les enfants reçoivent beaucoup de vaccins au cours de leurs premières années de vie. Cette année, nous parlons encore plus de la vaccination, que ce soit par rapport au vaccin contre la grippe ou contre la COVID-19. Dans cet article d’ÉducoFamille, nous vous fournissons les conseils des experts pour pouvoir rendre l’expérience de vaccination moins effrayante, douloureuse et pénible pour les enfants.

Au Canada, la grande majorité des parents choisissent de faire vacciner leurs enfants. Au cours des premières années de leur vie, des régulations provinciales suggèrent les âges spécifiques où les enfants devraient recevoir ces vaccins. Vous pouvez créer un calendrier de vaccination personnalisé selon la date de naissance de votre enfant.

Les vaccins peuvent être douloureux pour les enfants

Nous pouvons tous reconnaître, peu importe notre âge, que les aiguilles peuvent être douloureuses. Lorsqu’un adulte se fait vacciner, il ressent de la douleur à cause de l’aiguille. Cependant, les adultes sont en mesure de rationaliser la situation : ils savent que la douleur sera brève et assez légère. Les enfants, comparativement, ne sont pas encore capables de rationaliser cette douleur, faisant en sorte qu’ils ressentent une douleur qui semble encore plus aiguë que les adultes.

La douleur ressentie par les enfants lors de la vaccination peut avoir un impact à long terme pour les enfants. Ceux-ci peuvent ressentir plus d’anxiété et de la peur face à leurs prochaines vaccinations ou même aux aiguilles. Les experts estiment que 25 % des adultes ont peur des aiguilles, une peur qu’ils ont développée à l’enfance. De plus, cette peur peut se généraliser au contexte médical plus large, faisant en sorte qu’environ 10 % de la population évite de recevoir des soins médicaux à cause de cette peur.

Comment gérer la douleur des enfants lors de la vaccination

Pourtant, il existe de nombreuses stratégies efficaces pour réduire la douleur associée à la vaccination, et ainsi la peur à court et à long terme des vaccins.

Une équipe de chercheurs affiliée au Centre de santé pour enfants SickKids a préparé une série de conseils pour les parents afin de mieux gérer la douleur des enfants. Ces conseils, que nous vous présentons ci-dessous, incluent des stratégies à adopter et des comportements à éviter lors de la vaccination.

Stratégies d’ordre médical à adopter

Les experts recommandent l’utilisation d’un onguent anesthésique. Parmi les onguents disponibles au Canada, ils recommandent EMLA, Ametop et Maxilene, qui sont sécuritaires pour les bébés et les enfants. Ces onguents doivent être appliqués de 30 à 45 minutes avant la vaccination. Néanmoins, les experts rappellent de vérifier auprès d’un médecin avant d’utiliser un onguent, afin de s’assurer que l’enfant n’est pas allergique à l’onguent.

Une autre stratégie recommandée est de donner de l’eau sucrée à l’enfant. Il est possible d’en acheter, ou d’en faire soi-même en mélangeant 1 cuillère à thé de sucre avec 2 cuillères à thé d’eau. Cette eau sucrée peut être donnée à l’aide d’une suce, par exemple.

Stratégies d’ordre physique et psychologique à adopter

Les stratégies d’ordre physique et psychologique suivent les mêmes recommandations à 4 étapes.

  1. Évaluez votre anxiété. Plusieurs parents ressentent eux-mêmes de l’anxiété face à la vaccination de leur enfant. Essayez de devenir plus calme afin de ne pas transmettre votre anxiété à l’enfant. Si vous avez une phobie des aiguilles et que la vaccination vous cause une anxiété élevée, vous pouvez demander à un autre parent ou proche auquel l’enfant fait confiance d’aller avec l’enfant au rendez-vous de vaccination. À plus long terme, vous pourriez également considérer recevoir un traitement contre cette phobie.
  2. Prenez de grandes respirations par votre ventre (respiration diaphragmatique). Respirer par votre ventre vous aidera à vous calmer et à être plus présent dans le moment présent. De plus, respirer profondément vous permettra de réduire votre rythme cardiaque, ce qui sera important pour la troisième étape.
  3. Prenez votre enfant dans vos bras de façon calme. Souvent, l’enfant se retrouve à moitié nu sur une table d’examen lors du vaccin. Pourtant, la recherche montre que l’enfant se retrouve ainsi dans une situation déjà anxiogène. Les experts recommandent ainsi de tenir l’enfant dans nos bras de façon calme avant, pendant et après le vaccin. Ceci servira à rassurer l’enfant, et à le garder dans une position de confiance. Avec un plus jeune enfant, les experts disent même qu’allaiter pendant le vaccin peut permettre de réduire significativement la douleur et la réponse négative de l’enfant. Bien entendu, on ne peut pas tenir un enfant de 5 ans dans nos bras tout au long de la vaccination. À cet âge, il est quand même recommandé de rester tout près de l’enfant. Le parent peut lui tenir la main, tenir ses épaules, afin de montrer à l’enfant qu’il n’est pas seul.
  4. Distrayez l’enfant après qu’il ressent la douleur de l’aiguille. Une fois que l’enfant pousse son plus gros cri, on peut essayer de le distraire. On peut montrer un jouet ou un objet. Cependant, il est important de rester à l’affût des signaux de l’enfant. Si votre enfant se met à pleurer plus fort, retournez à l’étape 3. Prenez votre enfant dans vos bras de façon calme, et rassurez-le.

Comportements à éviter lors de la vaccination de votre enfant

  1. Évitez les expressions faciales désengagées, frustrées ou effrayées. Ces expressions faciales peuvent prolonger la douleur et la détresse de l’enfant. Similairement, évitez des expressions faciales incongrues, comme de gros sourires. Cherchez à avoir une expression faciale calme et rassurante.
  2. Évitez de couvrir le visage de l’enfant. Les enfants expriment souvent leur douleur en criant. Certains parents cherchent à arrêter les cris en couvrant la bouche de l’enfant. Ce réflexe ne fait qu’aggraver la peur de l’enfant. De plus, ne forcez pas votre enfant à prendre sa suce si elle ne la veut pas.
  3. Évitez de vous ruer vers la sortie. Certains parents cherchent à sortir de la salle de vaccination le plus rapidement possible, même si leur enfant est encore en détresse. Ils forcent ainsi l’enfant à s’habiller même s’il pleure, ce qui est effrayant pour l’enfant. Prenez plutôt le temps de rassurer votre enfant avant de l’habiller et de quitter la salle. Votre enfant se sentira mieux et la sortie se fera plus rapidement que si vous aviez essayé d’habiller un enfant en détresse.
  4. Évitez de vous distancier de l’enfant. Il est fort préférable que le parent reste près de leur enfant lors de la vaccination. Pourtant, certains parents s’éloignent et laissent l’enfant seul et effrayé. Il est possible que le parent se distancie parce qu’il a lui-même peur des aiguilles. Si c’est le cas, il serait préférable qu’une autre personne accompagne l’enfant lors de ses vaccinations.

Laisser un commentaire