Les relations amoureuses à l’adolescence

Les relations amoureuses à l’adolescence sont importantes à plusieurs égards pour les adolescent.es.

Les premiers amours à l’adolescence sont au cœur des discussions entre adolescents.es et constituent une grande source de stress et d’inquiétudes pour les parents. Dans cet article, Laurie Fortin, étudiante au doctorat en psychologie, aborde quelques notions sur les relations amoureuses à l’adolescence, les différences avec les amitiés, les différents types de relations et certaines expériences négatives pouvant survenir au sein de ces relations.

L’importance des relations amoureuses à l’adolescence

Les relations amoureuses jouent un rôle central dans le développement des adolescent.es. Notamment, elles jouent un rôle quant à l’identité, aux compétences relationnelles (c’est-à-dire les aptitudes et aux comportements considérés comme appropriés à l’égard d’une autre personne), aux stratégies de gestion des conflits, à la sexualité et plus encore. Lorsque les adolescents.es vivent des expériences positives dans leurs relations amoureuses, ils.elles développent une meilleure estime de soi et un niveau de bien-être plus élevé. Au cours de cette période, l’importance accordée à la formation des relations amoureuses prend de l’ampleur. Ces dernières représentent une source de soutien centrale et non négligeable pour les jeunes.

De façon générale, la majorité des adolescents.es rapporte avoir vécu au moins une expérience de relation de couple à la fin de l’adolescence. Par ailleurs, la prévalence et l’importance accordée aux relations amoureuses augmentent tout au long de cette période, et ce jusqu’à l’âge adulte. Au Québec, les résultats de l’Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire indiquent que la prévalence des jeunes qui rapportent avoir vécu une relation amoureuse augmente de 49,3% à 69,9% entre le début et la fin du secondaire[1].

Comment les relations amoureuses se forment-elles?

Au début de l’adolescence, les relations amoureuses se développent souvent par le biais d’activités ou de sorties réalisées en groupes d’amis.es. En effet, c’est principalement grâce aux activités entre pairs que les adolescents.es apprennent à rencontrer et à interagir avec des partenaires romantiques et à s’engager dans une relation.

Au départ, les activités ne sont pas nécessairement axées sur les rencontres amoureuses, mais rassemblent les adolescents.es dans différentes activités. Peu à peu, des couples se forment au sein de ces groupes d’amis.es. Bien que ces premières relations soient fragiles et rarement durables, elles sont centrales et importantes aux yeux des adolescents.es. Vers la fin de l’adolescence, les relations amoureuses deviennent de plus en plus durables, intimes et interdépendantes à mesure que les adolescents.es vieillissent et passent à l’âge adulte.

Les ressemblances et distinctions des relations amicales et amoureuses

Comme c’est le cas des relations amicales, les relations amoureuses sont généralement caractérisées par des interactions égalitaires et réciproques entre les individus. Ces relations sont également propices au développement des compétences relationnelles et de communication. Bien qu’il existe des similitudes entre les relations amoureuses et amicales à l’adolescence, elles diffèrent à plusieurs égards. En effet, les relations amoureuses se distinguent principalement par la présence de passion, d’intimité, de sécurité émotionnelle et d’exclusivité relationnelle. De plus, il y a typiquement une attraction physique et sexuelle entre les partenaires dans les relations amoureuses.

Les différents types de relations amoureuses

Il existe plusieurs types de relations amoureuses à l’adolescence. Deux types sont plus fréquents, soit les relations de couple et les fréquentations.

Les relations de couple se qualifient comme étant un type de relation où les partenaires se considèrent officiellement en relation amoureuse. Ils sont réciproquement engagés au sein de la relation, ce qui génère un sentiment de sécurité et de stabilité. Ce type de relation est également considéré comme étant plus formel. Les jeunes sont plus propices à présenter officiellement leur partenaire à leurs proches comme étant officiellement leur amoureux.se. À l’adolescence, les pairs valorisent fortement le fait d’être en relation de couple. Il s’agit même d’un sujet de discussion central entre les adolescents.es.

Pour leur part, les fréquentations se caractérisent principalement comme une relation avec une personne qu’on fréquente ou « date ». Dans ces relations, on peut passer des moments intimes ensemble sans nécessairement s’engager dans la relation. Contrairement aux relations de couple, les fréquentations suscitent moins d’engagements entre les partenaires. Les fréquentations sont considérées comme étant moins officielles et de moins longue durée.

Les expériences négatives

La majorité des premières expériences amoureuses à l’adolescence sont positives et permettent aux adolescent.es de développer leurs compétences socioaffectives. Cependant, certaines relations peuvent avoir un impact négatif sur le développement, le bien-être et l’identité des jeunes. En effet, plusieurs jeunes font face à des difficultés au sein de leur relation amoureuse. De telles relations peuvent comporter des conflits, du contrôle, de la jalousie et des comportements de violence.

Par ailleurs, la violence dans les relations amoureuses engendre d’importantes répercussions chez les adolescents.es victimes. Par exemple, ces victimes peuvent vivre de la détresse émotionnelle, des symptômes dépressifs et des idéations suicidaires. Les victimes peuvent aussi avoir une une moins bonne estime de soi ainsi que des symptômes d’anxiété.

Les relations amoureuses sont donc, pour la majorité des adolescents.es, une expérience positive permettant d’acquérir de l’expérience dans diverses sphères de leur développement. Néanmoins, il est important de venir en aide et de fournir des ressources aux jeunes pour qui les premières expériences amoureuses sont négatives. Dans un prochain article de blogue, nous aborderons les spécificités associées aux violences dans les relations amoureuses à l’adolescence ainsi que des outils et des ressources destinés aux adolescent.es ainsi qu’à leurs parents.


[1] Traoré, I., Julien, D., Camirand, H., Street, M-C. et Flores, J. (2018) Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2016-2017. Résultats de la deuxième édition. L’adaptation sociale et la santé mentale des jeunes. Institut de la statistique du Québec, Tome 2, 189 p.

À propos de l'autrice
À propos de l’autrice

Laurie Fortin complète un doctorat en psychologie à l’Université du Québec à Montréal. Ses travaux de recherche doctorale portent sur la violence perpétrée dans les relations amoureuses à l’adolescence, les traumas interpersonnels à l’enfance et les stratégies de gestion des conflits chez les adolescents.es.

Laisser un commentaire